Une vision positive

Depuis le 1er octobre, les infirmiers à domicile ont l’obligation de lire la carte d’identité du patient lors de chaque passage chez ce dernier. Qualivity a largement anticipé cette nouvelle règlementation. Conséquence : la formalité, certes contraignante, est perçue de manière positive par la société de soins infirmiers à domicile.

Loïc Malluquin (Qualivity)Infirmier depuis 2007, Loïc Malluquin a créé en 2009 la société MaLoDo, rebaptisée Qualivity quelques années plus tard. « Je voulais avant tout retrouver plus de proximité et d’humanité que ce que j’ai pu rencontrer en milieu hospitalier ou en maison de repos. Nos valeurs de qualité (de soins), de respect (d’un créneau horaire) et de personnalisation (de la prise en charge à domicile) font de nous une structure solide et pérenne en Brabant wallon. »

Aujourd’hui, Qualivity, c’est une véritable équipe d’une trentaine d’infirmiers. C’est aussi une entreprise familiale. « La gestion administrative est assurée par ma maman. Nous restons une structure à taille humaine qui privilégie la bonne entente, tant entre les membres du staff qu’entre les infirmiers et les patients. »

Qualivity sort du lot en adoptant un autre regard sur l’obligation d’identification électronique du patient. « Nous avons souhaité, il y a près d’un an, prendre les devants avec un nouveau logiciel de gestion des soins infirmiers qui répondrait aux exigences imposées par l’Inami, explique Loïc Malluquin. Ce logiciel s’est avéré finalement plus réactif et a amélioré notre organisation de travail, tout en intégrant la nouvelle contrainte liée à la lecture de la carte d’identité. »

Différents organismes ont désormais recours à Qualivity. « La confiance que nous recevons de structures qui partagent nos valeurs et font appel à nos services, comme le centre pour personnes handicapées Renaissance à Braine-l’Alleud, nous booste pour continuer à donner le meilleur de nous-mêmes. »

qualivity.be